Echinacée

Echinacée

Echinacea angustifolia, purpurea, pallida (Astéracées)

Originaire d’Amérique du Nord, l’échinacée était employé dans la médecine traditionnelle des aborigènes d’Amérique du Nord. Les Comanches l’utilisaient comme remède contre les maux de dent et de gorge, tandis que les Sioux, l’employaient contre la rage, les morsures de serpent et les états infectieux. De nos jours, elle est particulièrement renommée pour ses capacités à augmenter les défenses de l’organisme avec une stimulation spécifique du système immunitaire. C’est une plante dont les fleurs sont assez jolies. L’échinacée sera introduite et cultivée en Europe à partir de 1930. 

Partie utilisée :

Les racines d’une plante âgée d’au moins trois ans et récoltées en automne.

Les sommités fleuries d’echinacea purpurea

Propriétés et indications :

  • La racine augmente les capacités de défense naturelle de l’organisme dans les affections chroniques hivernales (grippe, rhume, maux de gorge). L’échinacée agit en partie en augmentant l’activité des macrophages et des lymphocytes T, la première ligne de défense du corps contre les antigènes étrangers. Elle est également riche en polysaccharides qui aident à protéger les cellules contre les attaques virales et bactériennes. Grâce à ces propriétés antifongiques et antibactériennes, elle constitue un remède efficace contre certains types d’infections. L’échinacée est toujours plus efficace si on la prend dès les premiers signes de la maladie.
  • Les sommités fleuries sont traditionnellement utilisées en application locale pour le traitement des plaies superficielles.

En infusion : 2,5 g d’échinacée pour 1/4 l d’eau pendant 10 minutes.